Entrez le nom de la nouvelle playlist

 

t f r
^

BEACH HOUSE – Lose Your Smile

Dream pop ravageuse sur fond de nostalgie et d’espoir avant tout pour ce mood of the day… Une balade stratosphérique à couper le souffle et à vous filer des envies d’apesanteur permanente…

N’est pas maître dans l’art subtil et délicat de la dream pop qui veut… Et même s’ils n’avaient déjà plus rien à prouver en la matière, Victoria Legrand et Alex Scally, alias Beach House, confirment haut la main avec leur 7ème album qu’ils règnent en maîtres absolus, sans même chercher à le faire, sur ce genre musical synonyme de rêve éveillé, aux textures et aux mélodies shoegaze et planantes à souhait.

Sorti il y a 10 jours via Sub Pop / Bella Union (PIAS) et sobrement baptisé 7 pour ‘ouvrir le champ des possibles‘ et laisser l’imagination des uns et des autres faire voguer comme bon lui semble, ce nouvel opus signé du duo de Baltimore – cette ville du Nord-Est des Etats-Unis en bordure d’océan, là où inspiration rime souvent avec contemplation – fait suite au somptueux Depression Cherry (mood of the day du 3 septembre 2015) sorti en août 2015, suivi de très près (3 mois plus tard) par Thank You Lucky Stars et en juin 2017 par la compile d’inédits intitulée B-Sides and Rarities.

Et même si le tandem s’est laissé aller à de nouvelles expérimentations sonores, évolution et mood du moment obligent – moins de guitare, plus de synthés et de touches électro, bout de textes en français, ambiance parfois plus dark et hypnotique comme sur le narcotique Lemon Glow (moods news & hypnotic) -, sans oublier la contribution de l’anglais Peter Kember alias Sonic Boom (cofondateur du groupe Spacemen 3, membre des groupes Spectrum & EAR, producteur de MGMT ou de Panda Bear) qu’on retrouve à la prod’ de l’album, il reste fidèle à la formule magique qui a fait sa réputation : des mélodies synthétiques lancinantes, des voix astrales à vous faire pousser des ailes, des atmosphères rêveuses et cotonneuses, sans oublier ce fameux don pour la transe contemplative.

C’est simple, du titre d’ouverture, Dark Spring (moods news, pop & springtime) jusqu’à la 11ème et dernière balade, le vaporeux et bien-nommé Last Ride, ce nouvel opus des américains regorge de pépites… On a même du se faire violence pour départager nos deux GROS coups de coeur de l’album en vue de la Une du mood, Lose Your Smile et L’Inconnue (moods news & on a cloud), ritournelle dream pop aux choeurs célestes et aux allures de comptine diaboliquement entêtante sur laquelle Victoria, nièce du grand compositeur français Michel Legrand, s’autorise même pour la 1ère fois de chanter un couplet en français. ‘Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept / Toutes les filles ne sont pas prêtes / Vers l’Eglise et vers la Seine / Tous leurs cœurs et toutes leurs peines / Petite ange et l’inconnue / Sainte, la pute et l’ingénue / Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept / Toutes les filles ne sont pas prêtes…’. Du début à la fin, c‘est beau, c’est planant, plein de poésie et de douce mélancolie, de quoi vous scotcher aux étoiles et vous laisser sans voix.

A noter que juste avant d’entamer une grande tournée américaine de fin juillet à fin août, Beach House sera à l’affiche du Primavera Sound Festival à Barcelone le 2 juin et repassera par l’Europe au début de l’automne. Le duo se produira par exemple au Coliseu dos Recreios à Lisbonne le 25 septembre, au Teatro Sa Da Bandeira à Porto le 26, à la Riviera à Madrid le 27, au Razzmatazz à Barcelone le 28, à l’Epicerie Moderne à Lyon le 30 septembre, au Huxleys à Berlin le 2 octobre, au Rockefeller à Oslo le 7, au Kampnagel à Hambourg le 11, à l’Ancienne Belgique à Bruxelles le 13, à l’Olympia à Paris le 15 ou encore au TRoxy à Londres le 18 octobre. Toutes les dates en détail ICI.

«
 

Share

Twitter Facebook Del.icio.us Digg LinkedIn StumbleUpon

Reply