Entrez le nom de la nouvelle playlist

 

t f r
^

FEVER RAY – Mustn’t Hurry

Univers fantomatique, tension et perversité fascinantes pour ce mood of the day… Une petite perle électro/trip hop bien dark aux allures d’incantation mystique… Fever Ray is back !

Toujours aussi chelou et barrée, Fever Ray, alias Karin Dreijer, moitié du duo The Knife qu’elle forme avec son frangin Olof, a enfin sorti son deuxième album, Plunge dispo en digital depuis le 27 octobre via Pias et en vinyle & CD le 23 février, enregistré en grande partie dans le home studio de Karin à Stockholm aux côtés de plusieurs figures emblématiques de la scène électro européenne, comme l’allemande Paula Temple, la tunisienne Deena Abdelwahed signée chez InFiné, la portugaise d’origine cap-verdienne Nidia et les suédois Tami T, Peder Mannerfelt et Johannes Berglund.

Huit ans qu’on attendait la suite de son petit bijou de premier album éponyme, sur lequel la prêtresse suédoise de l’électro/trip hop spectral signait les sublimes If I Had A Heart (moods dark & series OST), When I Grow Up (moods trip hop & in wonderland) ou Keep the Streets Empty For Me (moods trip hop & series OST), et bien que le premier extrait dévoilé mi-octobre, To The Moon And Back (moods news & electro pop) nous avait un peu déroutés par ses notes très électro pop limite acidulées (sans parler de son clip bien tordue et halluciné, voire dérangeant), on y retrouve avec bonheur la patte si singulière de l’auteur-compositrice-interprète scandinave, mélange d’électro à la fois percutante et magnétique, ténébreuse, torturée et lascive. Retrouvailles également avec son univers complètement dérangé, détraqué et foutraque, à mi-chemin entre le fantasme, la sorcellerie, le rêve et le cauchemar, ainsi que sa voix reconnaissable entre mille, aussi envoûtante que perçante, qui font de Fever Ray une artiste décidément à part. Mais comparé au premier opus, ça tabasse nettement plus. De l’électro bien massive où les rythmiques tribales et les mélodies syncopées de la jolie déjantée gagnent encore en puissance et en pouvoir hypnotique. Normal vu la team d’artistes électro de tous bords qui ont collaboré à la composition de Plunge nous direz-vous.

Gros coup de coeur pour Mustn’t Hurry, titre le plus Fever Rayesque à nos oreilles et 2ème titre de la tracklist qui en compte 11, tous déjà mis en images bien flippantes, tout droit sorties de l’esprit tordu et perverse de Karin. Ici, pas de scénario travaillé, juste une mise en scène un peu glauque en guise d’intro pour mieux nous laisser imaginer la suite, où l’on retrouve Fever Ray en mode épouvante, la peau recouverte d’argile craquelée, en train de caresser consciencieusement un spéculum vaginal, cet instrument qui rend les visites chez le gynéco ô combien sympathiques… Ce n’est certes pas ce qu’elle a fait de mieux niveau clips, mais il faut admettre que c’est suffisamment bizarre et original pour vous tourmenter.

A noter que Fever Ray débutera une grande tournée début 2018, à l’occasion de la sortie physique de son album. Elle se produira notamment au Simm City Festsaal à Vienne le 19 février, à la Fabrique à Milan le 20, aux Docks à Lausanne le 23, au Columbiahalle à Berlin le 28, au Paradiso à Amsterdam le 14 mars, à l’AB à Bruxelles le 15, à l’Olympia à Paris le 19 ou encore au Troxy à Londres le 20 mars. Toutes les dates ICI.

«
 
»

Share

Twitter Facebook Del.icio.us Digg LinkedIn StumbleUpon

Reply