Entrez le nom de la nouvelle playlist

 

t f r
^

JONATHAN BREE – You’re So Cool

Inspiration sixties, nappes de violons à tomber et voix lascive pour ce mood of the day… Un petit bijou pop irrésistiblement envoûtant, à la mélodie et au clip obsédants…

C’est notre fixette du moment… Par fixette, comprenez ‘titre qui passe en boucle depuis plusieurs semaines sans jamais nous lasser, bien au contraire, et qui risque de squatter pendant un bon moment nos playlists préférées’. Mais comment se fait-il qu’on ne tombe que maintenant sur la pop orchestrale particulièrement captivante et planante de Jonathan Bree, songwriter néo-zélandais de génie et homme orchestre à lui tout seul ? Surtout qu’il est actif et très prolifique depuis 20 ans déjà ! Alors là mystère…

Mais en fouillant un petit peu, on se rend compte qu’on avait déjà croisé sa route il y a quelques années, sans se retourner comme on aurait du le faire, puisque c’est lui qu’on retrouve aux côtés de sa compatriote Princess Chelsea, alias Chelsea Nikkel, sur la fameuse ritournelle The Cigarette Duet (mood pop & hypnotic). La même avec qui le touche-à-tout d’Auckland a régulièrement collaboré avec son groupe d’indie pop/twee pop The Brunettes, cofondé en 1998 avec Heather Mansfield, et qu’il a même signée sur son propre label Lil’ Chief Records créé en 2002.

Quoiqu’il en soit, après une petite dizaine d’EP et d’albums estampillés The Brunettes, sortis entre 1998 et 2011, Jonathan Bree s’est lancé en solo avec un premier album, The Primrose Path publié en 2013 et suivi en 2015 par A Little Night Music. Deux disques somptueusement ficelés, orchestrés et interprétés, aux allures de comptines pop nocturnes, mi-dark, mi-envoûtantes, qui même découverts sur le tard ont le don de vous happer en douceur et de vous envelopper dans l’univers fascinant de l’auteur-compositeur-interprète et multi-instrumentiste du bout du monde, à la voix suave et pénétrante à souhait.

You’re So Cool, pépite pop à la mélodie lancinante et au clip aussi étrange qu’hypnotisant sur fond d’orchestre sixties sans visage – où claviers et nuée de cordes (guitare, violons, violoncelle) semblent être joués par le même et seul petit génie de l’orchestration, Jonathan himself, tout comme la vidéo réalisée par ses soins -, est le premier extrait de son troisième album, Sleepwalking annoncé pour mars prochain. Un deuxième extrait dans la même veine bien rétro, en duo avec Clara Viñals, Say You Love Me Too (moods news, pop & in love), accentue encore un peu plus notre impatience et notre désir grandissant de découvrir la suite… En ce moment on a un peu l’impression de tomber amoureuse à tout-va, musicalement parlant, mais ça prouve que notre petit coeur meurtri fonctionne encore, et à plein régime même, et c’est bien là le principal… ; )

«
 
»

Share

Twitter Facebook Del.icio.us Digg LinkedIn StumbleUpon

Reply