Entrez le nom de la nouvelle playlist

 

t f r
^

TSHEGUE – When You Walk

Rythme tribal, énergie afro-punk et déferlante de percus  pour ce mood of the day… Un cocktail détonant découvert en live cet été et qui tourne en boucle ici depuis… ^^

Il nous aura fallu 3 semaines pour nous remettre des 3 jours du désormais incontournable festival nordiste Les Nuits Secrètes, qui pour sa 17ème édition nous a sacrément gâtés encore cette année niveau programmation (Gaël Faye, Meute, Clara Luciani, Irene Dresel, Otzeki, Orelsan, Sandra Nkaké, Lomepal, Malik Djoudi, Rone, Alt-j, Agar Agar, Bagarre, BRNS, Thérapie Taxi, Angèle, Feu! Chatterton, Panda Dub, Vitalic…), et nous remettre tout court à écrire nos petits moods au quotidien (enfin presque)… Il faut dire qu’on n’a pas vraiment chômé cet été, pendant que vous étiez sûrement occupé(e)s à vous la couler douce, à lézarder au soleil peinard(e)s et à siroter des cocktails bande de p’tit(e)s veinard(e)s ! ^^

Mais rentrée oblige, reprenons les bonnes vieilles habitudes et pour bien commencer la semaine, on s’est dit qu’un p’tit focus sur l’une de nos belles découvertes des Nuits (pour les intimes), ça valait bien 3 semaines d’absence : Tshegue, projet hybride et bouillonnant dont le nom s’inspire de celui donné aux ‘gamins qui zonent dans les rues à Kinshasa, pas des méchants voyous mais des bandits gentils’… Le genre de découverte live qui dès le premier soir nous a tenus en haleine et nous a mis en transe, tant les percus hypnotiques et l’énergie débordante déployée sur scène par le groupe vous happent et vous transportent à l’autre bout du monde dès les premières minutes. C’est simple, on a eu l’impression d’être téléportés l’espace de 45 minutes en pleine incantation chamanique musclée, quelque part au milieu des paysages africains. Rajoutez à ça les 40 degrés (50 ressentis) et l’ambiance de folie qui régnaient sous le chapiteau de l’Eden ce fameux vendredi 27 juillet, et forcément on y était presque… Il suffit d’ailleurs de voir un petit bout de live – comme ICI lors du festival Les 3 Elephants à Laval – pour vite se rendre compte que la belle réputation scénique qu’ils se sont bâtie depuis plus d’un an en écumant les plus grands festivals européens (Pete The Monkey, Les Transmusicales, Eurosonic, The Great Escape, Yeah! Festival, We Love Green, Solidays, Garorock, Dour, Paléo Festival, Esperanzah!…) est plus que méritée.

Un concert court mais intense, tout ça avec seulement un EP 4  titres (mais quels titres !) à l’actif du duo parisien à l’origine de Tshegue : la charismatique chanteuse Congolaise Faty Sy Savanet, ancienne meneuse du groupe garage-rock Jaguar et le producteur & percussionniste aux origines latines Nicolas Dacunha aka ‘Dakou’, présentés l’un à l’autre dans un bar de Paname il y a 5 ans par un ami commun…  La suite, elle semblait évidemment écrite pour ces deux grands amoureux de musique et de fusion des genres, qui mélangent avec fougue influences afro & latino, punk rock, électro, funk, blues ou hip hop, chant en anglais et en lingala (langue bantoue parlée au Congo), autrement dit un mix extatique et transcendant des influences qui les ont forgés depuis l’enfance. Parmi les 4 titres de leur premier EP (ou mini-album, au choix) baptisé Survivor et sorti en juin 2017 chez Ekleroshock, gros coup de coeur pour When You Walk, pépite tonitruante et endiablée suivie de près par Muanapoto, hymne tribal et méchamment percussif brillamment clipé en prime (moods around the world & need vitamine C), ou les tout aussi addictifs Survivor (mood hypnotic) et Tshegue. Alors un conseil si vous passez par Paris le 30 août, ne les loupez surtout pas à la Villette, d’autant plus qu’ils partageront l’affiche avec Salif Keita et le groupe sud africain BCUC, accompagné pour l’occasion de Femi Kuti.

«
 

Share

Twitter Facebook Del.icio.us Digg LinkedIn StumbleUpon

Reply